Annuaire d' éditeur / Grasset jeunesse
logo

Grasset jeunesse

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1973

Né en 1881 à Montpellier, Bernard Grasset, orphelin très jeune, est élevé par son oncle. Reçu Docteur en Sciences économiques, il « monte » à Paris et s'installe rue Gay-Lussac, avec son ami Louis Brun. Il fréquente le Café Vachette où il rencontre Moréas, Faguet, Giraudoux... En 1907, il fonde « Les Editions Nouvelles » et publie son premier livre Mounette, suivi de plusieurs autres, souvent à compte d'auteur, jusqu'au premier et énorme succès de A la manière de...  pastiches signés Paul Reboux et Charles Muller, et deux Goncourt consécutifs en 1911 et 1912 : Monsieur des Lourdines d'Alphonse de Chateaubriant et Filles de la pluie d'André Savignon. Il s'installe alors au 61 rue des Saints Pères : les Editions Grasset y sont toujours.
En 1913, il publie à compte d'auteur le premier livre d'un certain Marcel Proust, Du côté de chez Swann, après que le manuscrit a été refusé au Mercure, chez Ollendorf et chez Fasquelle.

1920 : s'ouvre pour lui la grande période ; il lance les quatre M : André Maurois, François Mauriac, Henry de Montherlant et Paul Morand. En 1921, il confie à Daniel Halevy la - future - prestigieuse collection « Les Cahiers verts » avec comme premier titre Maria Chapdelaine de Louis Hémon, et le succès que l'on sait.

Puis s’attachent à lui Radiguet, Cendrars, Drieu la Rochelle, Guehenno, Giono, Soupault, Delteil, Ramuz, Malraux … C'est à lui que l'on doit le passage de l'édition traditionnelle (à la fin du XIXe siècle, les tirages étaient de 2 000 à 2 500 exemplaires) aux premiers livres vendus à 10 000 exemplaires ; c'est à lui que l'on doit la publicité littéraire, l'envoi des services de presse, bref l'événement littéraire. Il clamait : « il ne faut pas dire : Radiguet est un génie, mais : il a quinze ans ! ».

Puis la coupure de la guerre, et en 1944 l'accusation de collaboration qui débouche sur une amnistie. Bernard Grasset reprend en 1950 la direction de la maison. Il découvre Hervé Bazin et Jacques Laurent, entre autres, avant de céder le capital de sa maison à Hachette en 1954.

En 1955, la maison est alors réorganisée sous la présidence de Bernard Privat, neveu de Bernard Grasset, écrivain lui-même, avant de fusionner avec les Editions Fasquelle en 1967. Bernard Grasset meurt en 1955.

En une dizaine d'années, Bernard Privat, ce neveu si différent de l'oncle, fédère autour de lui une équipe passionnée de la chose écrite : Jean-Claude Fasquelle, petit-fils de l'éditeur de Zola, Yves Berger, François Nourissier, Françoise Mallet-Joris, Matthieu Galey, Françoise Verny... et redonne à la maison un nouveau souffle.

En 1966, le premier Goncourt de l'après-guerre avec Oublier Palerme d'Edmonde Charles-Roux ; et Michel Butor, André Pieyre Mandiargues, Pierre Teilhard de Chardin, René deObaldia, Jacques Laurent, Dominique Fernandez, Kléber Haedens, Christine de Rivoyre, Christiane Rochefort, Bernard-Henri Lévy et les nouveaux philosophes…

Bernard Privat se retire en 1981 et meurt en 1985. Jean-Claude Fasquelle devient PDG des Editions Grasset et Fasquelle. Rejoignent la maison, notamment, Gabriel García Marquez, Umberto Eco, T.C. Boyle.

En 2000, Olivier Nora lui succède en tant que Président du Directoire puis en 2006 en tant que PDG, Jean-Claude Fasquelle acceptant la Présidence d’Honneur de la maison. 

S’ouvre une nouvelle étape, conforme à la tradition littéraire de Grasset : Samuel Benchetrit, Anne Berest, Delphine Coulin, Charles Dantzig, Dan Franck, Olivier Guez, Dany Laferrière, Andreï Makine, Léonora Miano, Pascal Quignard, Jean Rouaud, rejoignent, parmi d’autres, le chemin de la Rue des Saints-Pères, où naissent et se développent de nouveaux talents comme Laurent Binet, Guy Boley, Sorj Chalandon, Laetitia Colombani, Gaël Faye, Philippe Grimbert… 

Le domaine étranger s’enrichit d’écrivains aussi variés et prestigieux qu’ Edwidge Danticat, Joan Didion, Charles Frazier, Robert Galbraith, Nadine Gordimer, Mohsin Hamid, V.S. Naipaul, Annie Proulx, J.K. Rowling, Jón Kalman Stefánsson, Sandro Veronesi…

Contact

Adresse

61 rue des Saints-Pères, 75006 Paris
France

Maisons d'éditions similaires :

logo-similar-editor

Jasmin (Editions du)

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1997
300 livres au catalogue dont 20 publiés par an
Depuis leur création en 1997, les Éditions du Jasmin éditent des livres de littérature jeunesse en mettant l'accent sur la découverte de différentes cultures, notamment au travers des contes et de livres bilingues. Leurs livres s'adressent aux enfants de tout âge, de la petite enfance à l'adolescence. Les collections touchent différents genres littéraires: livres tout-carton, albums, contes, romans, théâtre, biographies.
logo-similar-editor

Doigts qui rêvent (Les)

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1994
Association loi 1901 dont le but est de lutter contre l'exclusion dont sont victimes les enfants aveugles et les enfants déficients visuels en matière d'albums, de jeux et de livres tactiles. Son action consiste à produire et à diffuser des albums, des jeux tactiles, aussi riches, aussi colorés, aussi variés que ceux offerts aux enfants voyants, favorisant leur intégration. Les fabrications sont réalisées par un atelier d'insertion qui accueille des personnes exclues du monde du travail.
logo-similar-editor

Elan vert (L')

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1998
135 livres au catalogue dont 35 publiés par an
Les éditions de l'Élan vert — créées en 1998 par Amélie Léveillé et Jean-René Gombert — publient des albums de fiction et des collections documentaires pour les enfants de 3 à 10 ans. Jean-René Gombert a précédemment fondé et dirigé plusieurs maisons d'édition : Études vivantes, Épigones, Bilboquet. Amélie Léveillé s’est tout particulièrement attachée à développer le catalogue Bilboquet de 2003 à 2005 ; elle prend actuellement en charge le secteur Vilo jeunesse et les albums des éditions de l’Élan vert.Parallèlement, le studio de l'Élan vert poursuit une activité de packaging, concevant et réalisant des albums pour d'autres éditeurs : Vilo jeunesse, Gamma jeunesse...
logo-similar-editor

Points de Suspension

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1996
Les éditions Points de suspension sont nées d'une aventure avec à son origine une équipe de professionnels des arts graphiques. Leur passion commune pour les livres les a poussés à créer des ouvrages à la hauteur de leurs espérances. Ils publients à la fois des livres pour enfants et des livres d'art. Ces éditions ont commencé avec trois titres, dont Connais-tu Igor ?, de Letizia Galli. Depuis, une trentaine de titres est au catalogue.
logo-similar-editor

Fleurus

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1946
4500 livres au catalogue dont 700 publiés par an
Leader sur le marché des livres illustrés, Fleurus Éditions publie aussi bien des albums, des livres d'activités, des documentaires et des livres religieux que de la fiction jeunesse. Fleurus a également développé un catalogue adulte avec des livres de loisirs créatifs, cuisine, décoration, jeux, jardinage, nature, animaux et livres religieux. Plus de 1 000 titres sont désormais disponibles en version e-book. Fleurus Éditions et Fleurus Mame sont composés des marques Fleurus, Mango, Rustica et Mame.
logo-similar-editor

Eveil et découvertes

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 2005
Eveil et Découvertes, maison d’édition jeunesse basée à Chalon sur Saône, a été créé en 2005. Leur équipe, jeune et dynamique, propose de nombreux produits qui favorisent l'éveil corporel et intellectuel de l'enfant. Leurs collections de livres-CD, livres, CD et DVD mettent à la disposition des parents des supports culturels accessibles favorisant l’éveil et l’épanouissement de l’enfant. Leur collection de livres-CD "60 comptines" compte déjà des titres best-sellers comme « 60 comptines pour la danse et l’éveil corporel ». Editeur indépendant en autofinancement et leur catalogue comprend une centaine de titres.
logo-similar-editor

Anacaona

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 2009

Les éditions Anacaona ont été créées par Paula Anacaona, traductrice, dévoreuse de bouquins, passionnée de littérature en général et brésilienne en particulier… Et également auteure, à ses heures perdues.

À leur création, fin 2009, les éditions Anacaona étaient axées sur la littérature marginale – une littérature faite par les minorités, raciales ou socio-économiques. Le talent littéraire est ici mis au service d’une cause politique ou sociale. En savoir plus sur cette littérature périphérique brésilienne ici. 

C’est ainsi qu’est née la collection Urbana, écrire est une arme : des romans engagés pour des histoires urbaines et modernes, avec des auteurs issus de minorités.

“Nous avons donc fait un “triptyque” favela : la favela sous la plume de ses bandits (Manuel Pratique de la Haine), de ses travailleurs (Je suis Favela), et de ses policiers (Troupe d’élite 2). La boucle était bouclée – au moins pour quelques temps…”

En 2013 arrive la collection Terra, une terre et ses racines, axée sur les grands espaces ruraux du Brésil… et plus spécialement le Nordeste, et sur l’héritage de l’esclavage.

Au XXIe siècle, le Nordeste peut apparaître silencieux par rapport au Sud du Brésil. Silencieux, oui, mais pas oublié… Le Nordeste et son mélange de cultures et de croyances européenne, amérindienne et africaine a eu un rôle profond sur l’identité brésilienne. En savoir plus ici.

“Connaître le Brésil moderne, c’est aussi connaître son histoire. Souvent considérés comme des classiques, les romans brésiliens de la collection Terra ont aussi une valeur sociologique et historique.”

Puis la maison élargit son horizon, avec toujours cette envie de métisser la littérature ! La collection Epoca, la diversité des voix contemporaines brésiliennes se tourne depuis 2015 vers la production littéraire d’avant-garde, dans toute sa diversité, avec des livres atypiques : micro-nouvelles, néo-naturalisme, romans poétiques.

Enfin, la collection Anacaona Junior une fenêtre sur le monde, a été lancée à l’hiver 2016-2017. Parler des thèmes qui nous sont chers dans des livres adaptés aux enfants, ouvrir sur la diversité du monde et du Brésil, donner goût à la lecture et envie d’en savoir plus avec des dossiers éducatifs.

En 2019, nous lançons des essais féministes, pour continuer notre engagement, cette fois au niveau de la réflexion théorique : Djamila Ribeiro, Joice Berth, et d’autres sont prévus pour 2020.

Pour finir, soulignons également que les romans Anacaona, outre leurs qualités littéraires, sont souvent des livres-objets : illustrations, photographies, encres de couleur… Nous croyons que le papier a encore de beaux jours devant lui !

logo-similar-editor

Phaidon

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1999
Le nom Phaidon fait directement référence au Phédon, dialogue de Platon, où Socrate, dans son discours sur l’immortalité de l’âme, s’adresse à Cébès en ces termes : « Toutes les belles choses deviennent belles par le Beau ». Tendre vers la beauté essentielle, tel est l’idéal que Phaidon s’efforce d’atteindre.Phaidon a été fondée à Vienne par Bela Horowitz et Ludwig Goldscheider en 1923. Fin lettré, Bela Horowitz s’intéressa d’abord à la réédition d’ouvrages classiques et, soucieux de mettre le livre à la portée de tous, il introduisit dès la création de Phaidon le principe fondamental que l’on connaît aujourd’hui : une qualité visuelle et éditoriale accessible à tous. Cette double exigence le porta naturellement vers les livres d’art, publications alors réservées aux cercles d’initiés. Dès 1934 parut une première monographie de Van Gogh, peintre alors largement méconnu du public : le succès fut considérable, à la grande surprise de Bela Horowitz et de son associé Ludwig Goldscheider dont l’ingéniosité leur avait permis d’ouvrir une brèche dans un marché apparemment sclérosé.Contraint de quitter Vienne avant la guerre, Bela Horowitz s’établit à Oxford puis à Londres, où il poursuivit son activité d’éditeur jusqu’à sa mort en 1955, laissant à ses héritiers le soin de continuer son œuvre, véritable entreprise de démocratisation de l’art. Depuis 1991À partir de 1968, Phaidon connut plusieurs changements de direction avant d’être rachetée en 1991 par Richard Schlagman alors que la société était en grandes difficultés financières. Depuis, sous l’impulsion de son président et propriétaire Richard Schlagman, Phaidon n’a cessé d’explorer des domaines moins étudiés tels que la photographie, la mode, le design ou l’architecture.Entièrement indépendante, Phaidon compte aujourd’hui environ 150 personnes, réparties dans les bureaux de Londres, New York, Paris et les antennes de Milan, Barcelone et Tokyo.Depuis 2005 : développement d’une collection « Jeunesse »En 2006, Phaidon publie en français Le Musée de l’art pour les enfants. Volume 1 d’Amanda Renshaw (Directrice éditoriale de Phaidon) et en 2007, son second volume. Ces ouvrages d’initiation à l’art pour les enfants à partir de 6 ans sont conçus comme des visites guidées et interactives au cœur d’un musée dont les œuvres ont été choisies spécialement pour eux. Les mouvements, styles, supports, formes et thèmes sont variés et rythment ces amusants parcours jalonnés de questions et de pauses créatives : « Est-ce que cette image te rappelle ta classe ? », « Est-ce que tu collectionnes quelque chose ? », ou « Comment t’y prendrais-tu pour caricaturer un objet ? ». Raphaël, Léonard de Vinci, David Hockney, Arman ou Andy Warhol sont quelques-uns des 60 artistes à découvrir à travers les deux volumes du Musée de l’art pour les enfants. Pour poursuivre et approfondir la visite, une fiche technique en fin d’ouvrage pour chaque œuvre précise sa date de création, ses dimensions, son lieu de conservation, les matières qui la composent. Le Musée de l’art pour les enfants vient parfaitement illustrer, comme avait pu le commenter Etienne Delessert, que « les limites de la perception de l’enfant, de ses facultés d’assimilation et de sa sensibilité n’existent que dans l’esprit des adultes. ».En 2008, Phaidon publie Au pays des petits poux de Beatrice Alemagna, album pour les enfants à partir de 3 ans.Phaidon est également l’éditeur, en anglais, des aventures du Petit Nicolas de Goscinny et Sempé et des ouvrages de Tomi Ungerer.
logo-similar-editor

Petites Bulles (Les)

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 2013
Les petites bulles éditions, c’est une maison d’édition de livres pour enfants, un service de location d’expositions et une galerie de vente d’illustrations en ligne.La ligne éditoriale de la maison d’édition est de proposer des livres ayant un projet artistique fort et un imaginaire riche, installant dans l’esprit des enfants qu’un livre est plein de surprises.L’objectif est également de participer à la formation de l’oeil des enfants et de favoriser leur décryptage des images via la mise en place d’expositions d’illustrations et via la proposition de médiation.La maison d’édition est aussi une galerie, qui défend et propose à la vente le travail d’illustration de ses illustrateurs.
logo-similar-editor

Didier Jeunesse

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1988
400 livres au catalogue dont 50 publiés par an
Didier Jeunesse explore avec gourmandise le genre oral, conte, comptine ou chanson, avec en tête l'envie de faire se rencontrer les générations tout en laissant la part belle à l'imaginaire ! Depuis la parution du premier volume des "Petits lascars", en 1988, Didier Jeunesse a fait bien du chemin ! On compte plus de 350 titres à son catalogue. "Les petits cousins", "Pirouette", "À petits petons", "Guinguette", "Rikiki", ou encore les albums-CD, sont autant de collections reconnues par le grand public et par les professionnels de la petite enfance. Peinture, gravure, collages, papiers déchirés sont les techniques utilisées par Éric Battut, Martine Bourre, Élodie Nouhen, Cécile Hudrisier et bien d'autres encore pour illustrer des albums aux graphismes novateurs.
Pour écrire un commentaire, connectez-vous.