Annuaire d' éditeur / Temps qu'il fait (Le)
logo

Temps qu'il fait (Le)

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1981
600 livres au catalogue
 
Les éditions Le temps qu’il fait, dont le nom s’inspire d’un titre du poète libertaire Armand Robin (1912-1961), ont été créées par Georges Monti en 1981.
Leur catalogue s’est développé dans une grande indépendance à l’égard des doctrines, modes ou influences du moment, guidé seulement par le goût des livres, l’amour de la littérature et la confiance peut-être un peu désuète dans la portée politique du langage — qui peut faire de l’expérience d’un seul le bien de tous.
Balançant, depuis leurs débuts, entre la figure (passablement péremptoire) de l’«éditeur d’honneur» et celle (trop réservée) de l’«éditeur introuvable», elles ont publié au cours de ces presque 40 années d’artisanat obstiné plus de 600 titres dans lesquels on devine leur passion sans exclusive pour la langue et leur intérêt non moins ouvert pour les images.
À toute «stratégie» éditoriale (dont, au reste, elles n’auraient pas eu les moyens) elles ont préféré la constitution, pour ainsi dire élective, d’un ensemble d’auteurs originaux, d’une addition de talents singuliers et l’affirmation d’un choix délibéré de livres qui valent avant (et après) tout par l’intensité de l’écriture, des livres qui (comme l’a écrit Giorgio Manganelli) «veulent la relecture».
 
Assumant pleinement leur statut de petit éditeur, elles poursuivent désormais, non sans faire, avec plusieurs autres, ce constat quelque peu désabusé : le rétrécissement de leur rôle (poisson-pilote ou voiture-balai), la raréfaction des grands lecteurs, l’accroissement des coûts réels de diffusion, la diminution de la reconnaissance médiatique ne sont que les symptômes apparents d’un profond bouleversement de la vie du livre — dont il incombe à chaque acteur, de l’auteur au lecteur en passant par tous les médiateurs possibles, de retarder la déconfiture, avec acharnement.

Contact

TQF@wanadoo.fr

Adresse

2, Partarrieu Est, 33210 Mazères
France

Partenaires

Dépôt de manuscrits

Par internet:

TQF@wanadoo.fr

Modalité d'envois

Il ne sera répondu à aucun envoi spontané de manuscrit. Nous vous demandons de préférer une brève présentation par e-mail qui nous permettra, le cas échéant, de vous manifester notre souhait de vous lire.

Maisons d'éditions similaires :

logo-similar-editor

Les herbes rouges

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1968
Fondées en octobre 1968, à Montréal, par les frères François et Marcel Hébert, les herbes rouges font leur apparition sous la forme d’une revue littéraire. En 1972, après quatre numéros collectifs (consacrés uniquement à la poésie dès le numéro 2), le numéro 5, Sauterelle dans jouet, est signé par un seul auteur, Marcel Hébert. Par la suite, les herbes rouges publieront de plus en plus de ces «numéros d’auteur·e», jusqu’à abandonner les numéros collectifs de poésie en 1974. Bientôt, la revue ne se limitera plus à la poésie, s’ouvrant aux genres de l’essai, du récit, du roman et du théâtre.
logo-similar-editor

Viviane Hamy

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1990
190 livres au catalogue dont 11 publiés par an
logo-similar-editor

Mémoire d'Encrier

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 2003
300 livres au catalogue dont

Fondées à Montréal en mars 2003 par Rodney Saint-Éloi, les éditions Mémoire d’encrier se sont fixé pour mandat de réunir des auteurs de diverses origines autour d’une seule et même exigence : l’authenticité des voix. Mémoire d’encrier est ce lieu-carrefour où se tissent rencontres, dialogues et échanges pour que les voix soient visibles et vivantes.

Mémoire d’encrier publie de la fiction : roman, récit, nouvelle; aussi de la poésie, des essais, des chroniques. Un catalogue diversifié aménage des passerelles entre cultures et imaginaires du monde.

Mémoire d’encrier publie des auteurs québécois, amérindiens, antillais, arabes, africains… représentant ainsi une large plate-forme où se confrontent les imaginaires dans l’apprentissage et le respect de la différence et de la diversité culturelle. Mémoire d’encrier propose de penser l’autre autrement, l’autre au pluriel, en ouvrant de multiples fenêtres sur le monde, ceci de manière décomplexée.

Dans nos sociétés actuelles, rien ne manque plus que la compréhension. C’est dans cet esprit que Mémoire d’encrier a fondé en 2016, pour pouvoir sensibiliser, diffuser et promouvoir une pensée de la diversité, l’organisme à but non lucratif Espace de la Diversité (EDLD). Un espace de diffusion pour les littératures de la diversité, pour les valeurs du vivre-ensemble et pour confronter l’histoire, le racisme et les inégalités. À travers le catalogue de Mémoire d’encrier et les initiatives (ateliers, conférences, rendez-vous littéraires…) de L’Espace de la Diversité, un pont entre générations, visions et vécus du monde est en œuvre.

Le souhait est de rompre avec la rectitude éditoriale et la monoculture, qui dévident les êtres. Pour rassembler les continents et les humains, nous avons besoin de repousser la peur, la solitude et le repli afin d’imaginer et d’oser inventer un monde neuf. Mémoire d’encrier est cette manière de revisiter notre être le plus profond et de nous concilier avec nos parts manquantes, en regardant et en acceptant l’autre dans sa combien riche et complexe différence.

logo-similar-editor

Volcan (Edition du)

Maison d'édition à compte d'éditeur
7 livres au catalogue dont

Rien n’est plus difficile aurait pu se dire la Cigogne avant de « franchir le pas ! » pour son envol dans le monde des livres. C’est grâce à cette envie, aux rencontres et aux échanges avec des passionnés que notre « jeune » maison d’édition a trouvé son nid dans le village du Crest. Posé sur une ancienne coulée de lave, il offre un panorama tous azimuts sur le Sancy, le Puy-de-Dôme, et les Monts du Forez.

Notre nom « Les Éditions du Volcan » et notre identité visuelle font référence à notre situation géographique, au relief si particulier de la Chaîne des Puys, sans pour autant définir de quel volcan il s’agit. Il y a aussi ce personnage, enfant, adulte, semi-allongé, dans une des positions idéales de pratique de la lecture, lové dans un cratère.

logo-similar-editor

Corridor Bleu (Le)

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1997

Comme le suggère indirectement le précepte gravé à l’entrée du temple de Delphes, il est important de savoir de quoi l’on parle et surtout avec qui. Aussi le Corridor bleu se doit de vous dire qu’il est né à Douai, Nord de la France, en 1997 (là où Arthur Rimbaud composa ses cahiers et adressa ses lettres du voyant à son professeur Paul Demeny, rue de l’Abbaye-des-prés), un 22 septembre, jour de la fête nationale du Mali. Autour d’une poignée de poètes plus ou moins illuminés.

La première rencontre déterminante, si l’on suit une trame à la Gurdjieff dans ses Rencontres avec des hommes remarquables, fut, sans l’ombre d’un doute, celle de Michel-Georges Micberth qui catalysa énergies, volontés et beautés. La seconde fut celle d’Ivar Ch’Vavar, chaman et grand manitou de ce que d’aucuns appelleront la Grande Picardie Mentale, soit un territoire à la fois réel et surréel, qui s’étend du Hainaut belge jusqu’à la Picardie actuelle (pour combien de temps?) et dont les membres du Corridor bleu (car il y a eu, au début, un esprit d’équipe, enfin, une communion, qui ne portait pas même de nom et dont on conserva le souvenir à travers les ruines) arpentèrent les coins et les recoins à la recherche des lieux sacrés, des héros (dont le plus grand est saint Benoît-Joseph Labre) et des bandits comme il était indiqué dans le livre des livres Hölderlin au mirador du grand Ivar Ch’Vavar. Le plus grand livre de poésie de la fin du siècle précédent. Oui. À s’en taper la tête contre les draps du réel de stupeur.

Charles-Mézence Briseul, un peu, malgré lui, à l’origine de tout, exigeait que chacun des membres lût le livre au moins une fois par an. Ce qui ne fut pas forcément suivi. Au prix de grands tracas. D’où certaines dislocations. Qui finirent toujours, c’est vrai, plutôt bien.  Durant ces années d’initiation à la chose poétique et à l’édition underground, on put recenser de nombreuses participations à des salons, lectures, performances, festivals, plus ou moins obscurs. Mais au fond des ténèbres se tapit la vérité. Du moins une partie. Publication de la poésie la plus expérimentale: Henri Chopin, Pierre Garnier, Bernard Heidsieck.

Commencença une relative errance du Corridor bleu de par la France et le monde, depuis la Roumanie et Jérusalem, jusqu’en Inde, Bénarès (Varanasi), où devant les crémations, au bord du Gange, il devint évident, que sa mission, plus que jamais, serait de promouvoir la création, quelle qu’elle soit, littéraire, philosophique ou spirituelle, la plus exigeante et la plus marginale, celle que tous les autres, par lâcheté ou paresse, refusent et refuseront toujours de mettre en avant. Pas très loin du parc aux gazelles où le Bouddha prononça son premier sermon. On en pleura au milieu des mendiants estropiés. Et des saints reliés au grand créateur, même s’ils n’en parlaient pas ainsi. Publication des grands poètes contemporains: Laurent Albarracin, Pascal Boulanger, Louis-François Delisse.

Puis l’on changea d’hémisphère pour rejoindre La Réunion, qui est, à peu de chose près, comme l’a révélé Jules Hermann, plus ou moins, le centre, sinon l’origine, du monde ancien et à venir. Exploration des sociétés secrètes, des abysses, des cimes inaccessibles et ouverture du catalogue à une marginalité toujours plus importante devant la médiocrité de l’époque. Tout s’inversa. Les premiers, derniers, devinrent, et vice versa. Publication du texte fondateur du Japon, le Kojiki, des écrits mystiques d’Agnès Gueuret et d’une série d’entretiens avec un prêtre kanak, Roch Apikaoua.

Le futur est déjà là. Des livres à inventer. Ceux que l’on aurait voulu trouver au fond d’une librairie improbable. Que l’on aurait voulu voler ou offrir. Que les bourgeois jettent avec dégoût loin devant eux. Que l’on pose avec soin et crainte sur sa table de nuit avant de sombrer dans le sommeil en espérant qu’il soit court. Livres de pure farine et bons à caler un lit branlant un soir de cyclone.

logo-similar-editor

First

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1987
2000 livres au catalogue dont 382 publiés par an
logo-similar-editor

Zulma

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 1991
475 livres au catalogue dont 20 publiés par an
Fondées en 1991, les éditions Zulma ' en référence tacite à Tristan Corbière et Honoré de Balzac ' ont été imaginées par deux passionnés de littérature. Maison indépendante, Zulma poursuit l'aventure depuis 20 ans avec des exigences accrues sur tous les registres, tant graphiques que littéraires. Au rythme d'une quinzaine de nouveautés par an, dans les domaines  choisis de la littérature contemporaine française et étrangère, Zulma ouvre volontiers son champ à tous les grands singuliers, les prodigieux, les insolites, chefs-d''uvre d'ici et d'ailleurs, auteurs oubliés, inédits ou consacrés.
logo-similar-editor

Nord Avril

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 2002
La maison d’édition a été créée en 2002 par Patrice Dufossé, alors âgé de 40 ans. Ce fondateur était alors salarié et professionnel de l’action sociale et socioculturelle depuis 15 ans, après une formation et un mémoire universitaire portant sur les actions concertées de soutien scolaire auprès des populations en difficultés. Il a vécu l’évolution sociale et économique avec les avantages, les inconvénients et les laissés-pour-compte. Parallèlement, il a écrit quelques ouvrages destinés au grand public, traités au travers de la lunette historique, en y mêlant des témoignages collectés sur le terrain. Les contenus s’inspiraient des influences sociales et ethnologiques, découlant de l’évolution des outils industriels (la mine...), les bouleversements des transports notamment collectifs (les tramways, les autobus, la voiture...). Il évoque les impacts sur les petits commerces, les espaces de convivialités, l’immigration notamment polonaise, le parler populaire... Devenu éditeur, il entretient la fonction de passerelle entre les chercheurs de sentiments et les lecteurs, le vécu et l’acte de mémoire, l'expérience et le débat, tout en étant au plus près des gens.
logo-similar-editor

Gope éditions

Maison d'édition à compte d'éditeur crée en 2009

Création en 2009, suite à une expérience de traduction et une volonté de partager avec le plus grand nombre possible un livre qui sortait de l’ordinaire (Trois autres Thaïlande).

L’existence des Éditions GOPE se justifie par le constat suivant :

- il y a des gens qui s’intéressent à l’Asie du Sud-Est et à ses littératures ;
- l’offre en livres concernant cette zone géographique est vraiment très limitée, tout aussi bien en ce qui concerne les genres proposés que la quantité ;
- l’offre existante en auteurs thaïlandais, malais, philippins et indonésiens est de bonne qualité, mais représente une goutte d’eau dans l’océan qu’est la production des gros éditeurs (même spécialisés) et elle manque cruellement de visibilité et de mise en contexte ;
- il existe en Asie du Sud-Est un vivier d’auteurs natifs ou expatriés qui, sans pouvoir prétendre au prix Nobel de littérature, n’en sont pas moins capables d’écrire correctement sur des sujets et/ou cadres qu’ils connaissent bien ;
- nous souhaitons faire partie des acteurs de la francophonie et contribuer à la présence du français en Asie du Sud-Est.

logo-similar-editor

Cygne (Editions du)

Maison d'édition à compte d'éditeur
Pour écrire un commentaire, connectez-vous.